APPEL CONTRE L’EXTENSION DE LA MESURE DE DECHEANCE NATIONALE ET CONTRE L’ETAT D’URGENCE

Le Front de Gauche des Français de l’étranger condamne l’escalade sécuritaire du gouvernement qui en inscrivant dans le projet de révision constitutionnelle la déchéance de la nationalité aux binationaux nés français porte atteinte à l’égalité des Français entre eux.

Ce sont les fondements de l’esprit républicain de l’égalité et de la fraternité. Outre les binationaux immigrés ou descendants d’immigrés résidants en France (en majorité magrébine et européenne), il faut aussi ajouter les 2,5 millions de Français résidant à l’étranger dont 40%  sont  eux-aussi binationaux.

Cet alignement sur l’idéologie d’extrême-droite est ignoble. Alors que François Hollande promettait dans sa campagne le vote des étrangers non-européens aux élections locales, voilà qu’un mi-mandat plus tard, il tire un trait sur ces promesses progressistes et donne des gages au projet raciste de l’extrême droite et de l’identité nationale droitière.

Le gouvernement allègue une mesure purement symbolique, reconnaissant implicitement vouloir manipuler l’opinion publique, un an avant les présidentielles. Au prix d’un quitus donné à l’une des principales demandes du F.N., ce qui ne manquera pas de le décrédibiliser davantage. Qui plus est, l’état d’urgence criminalise déjà les manifestations de français luttant pour leurs droits sociaux, écologiques, etc. Les cas d’assignation à résidence de militants écologistes lors de la COP 21 montrent que l’interprétation de ce type de mesures est potentiellement dangereuse car anti-démocratique et antisociale. L’Histoire récente nous a ainsi montré que les sens donnés au « terrorisme » et aux « intérêts fondamentaux de la Nation » évoluent en fonction des pouvoirs en place.

Pour l’ensemble de ces raisons nous demandons aux Parlementaires de l´Assemblée Nationale et du Sénat, notamment ceux  représentant les 2,5 Millions de Français de l’étranger – dont plus de 40% sont des binationaux, directement stigmatisés par cette idée  de voter sans ambigüités contre cette révision constitutionnelle.

Nous demandons aussi aux Parlementaires:

Personnes et organisations signataires :

logo FDG - FE

 

Commentaires

Laisser une Réponse